SOUSCRIRE SON PREMIER CREDIT IMMOBILIER

SOUSCRIRE SON PREMIER CREDIT IMMOBILIER

Comme leurs parents, les « millennials » (nés entre 1980 et 2000) sont attachés à la pierre. Cette génération représente 40 % des futurs acheteurs.  Pour faire aboutir leur projet, ils entament d’abord leur quête en définissant leur capacité d’emprunt, quand leurs aînés déterminent un périmètre géographique. Un millennial sur deux dispose d’un budget inférieur à 200 000 euros, et, malgré le bas niveau des taux, la hausse des prix dans la plupart des grandes villes pénalise les primo-accédants, qui se raréfient.

Heureusement, l’allongement des durées d’emprunt leur redonne un peu d’oxygène. On voit ainsi se multiplier les crédits sur 30, voire 35 ans. L’emprunteur n’ira pas au bout de son crédit :  En moyenne, un logement est revendu au bout de huit ans. Et pour un jeune, c’est souvent bien plus tôt ! »

Quelques conseils pour négocier son premier emprunt immobilier : déjà, attendre d’être dans une situation ­professionnelle stable. Pour un banquier, cela signifie encore être en CDI. Si vous êtes en CDD, une promesse d’embauche signée par votre employeur sera a priori acceptée. Même si les banques recommencent à prêter sans apport initial, solliciter sa famille est souvent une étape indispensable pour devenir propriétaire quand on a moins de 30 ans. En effet, emprunter 210 000 euros avec un crédit de 1,85 % sur 25 ans (hors assurance) correspond à une mensualité de 892 euros.

Selon la règle non écrite (mais lar­gement appliquée) qui veut que les mensualités de remboursements de l’emprunteur ne dépassent pas le tiers de ses revenus, il faut gagner au moins 2 700 euros net par mois pour acheter. Une rémunération que peu de jeunes atteignent dans la première partie de leur vie professionnelle.

Avant de solliciter une banque, pensez à surveiller vos comptes en évitant les découverts au cours des six mois précédant la demande de crédit, et montrer qu’on est capatble de faire des économies est un point fort pour la banque qui récupère la relation bancaire.

Pour investir dans l’immobilier les Français ont très largement recours au crédit : 82 % des personnes ayant acheté au cours des trois dernières années ont contracté un emprunt immobilier. Dans 63 % des cas, sa durée était supérieure à 16 ans. Elle était inférieure à 15 ans dans 37 % des cas.

http://imgview.mailpro.com/clients/2015/09/22/101960/Septembre%202018.pdf